abstentionnisme


Comportement d'un électeur qui refuse de voter lors d'un scrutin, ou comportement d'un membre d'une assemblée qui refuse de participer à un vote au sein de l'assemblée.

Si, dans le langage courant, l'abstentionnisme est souvent confondu avec l'absentéisme, il convient toutefois d'établir une distinction entre absence et abstention.
L'abstentionnisme des électeurs peut prendre la forme d'un vote blanc : l'électeur ne choisit aucune liste et aucun candidat et il remet un bulletin blanc (dans le cas du vote sur support papier), ou il valide un vote blanc (dans le cas du vote sur support électronique). Il peut aussi prendre la forme d'un bulletin que l'électeur a volontairement rendu nul, par exemple en écrivant ou en dessinant sur le bulletin papier ou encore en le déchirant. Le vote nul est rendu quasi impossible dans le cas du vote électronique. Dans le cas du vote sur support papier, le vote nul n'est pas nécessairement volontaire. Ainsi, un électeur peut rendre son bulletin de vote nul en ne le remplissant pas correctement (par exemple en le « panachant », c'est-à-dire en portant son choix sur plusieurs candidats appartenant à des listes différentes), ou en faisant par inadvertance une marque qui sera considérée par le bureau de dépouillement comme suffisante pour rejeter le bulletin, parce qu'elle pourrait permettre d'identifier l'électeur.
Dans un pays où le vote est obligatoire comme en Belgique, le taux d'abstentionnisme est plus élevé que dans les pays où cette obligation n'existe pas. Il n'est cependant pas possible de distinguer l'abstentionnisme volontaire de l'involontaire, de même qu'aucune donnée ne permet de quantifier séparément les votes nuls et les votes blancs. Aux élections pour la Chambre des représentants de 2010, le taux d'abstentionnisme était en moyenne pour le pays de 5,8 %. Lors des élections régionales et communautaires de 2009, le taux d'abstentionnisme était de 7,7 % en Région wallonne, de 5 % en Région de Bruxelles-Capitale et de 5,5 % en Région flamande
L'abstentionnisme des élus est un refus de voter : le membre qui s'abstient est présent au moment du vote et il participe au quorum des présences. Mais ce membre ne vote pas. Son abstention n'entre donc pas en compte dans le calcul de la majorité : l'abstention ne peut en effet pas être interprétée comme un vote « oui » ou un vote « non ». Par exemple : dans une assemblée, 51 membres sont présents au moment du vote ; 25 répondent « oui » et 24 répondent « non » : l'assemblée a adopté la proposition à la majorité absolue, deux membres s'étant abstenus. Comme il n'est pas normal qu'un membre n'émette pas de vote, il est généralement demandé de justifier son abstention.

Les commentaires sont fermés.