Bleue-romaine

Nouvelle notice

Surnom autrefois donné en Belgique à une coalition gouvernementale qui réunissait le ou les partis libéraux et sociaux-chrétiens.

Autrefois, une coalition rassemblant les partis libéraux et sociaux-chrétiens était surnommée Bleue-romaine, le premier terme faisant référence au fait que les partis libéraux utilisent le bleu dans leur communication politique et le second terme faisant écho au catholicisme (le siège de l'Église étant situé à Rome). En 1992, le parti libéral flamand (PVV) s'est élargi et transformé en VLD. En 1993, son homologue francophone (Parti réformateur libéral – PRL) s'est allié au FDF ; ils ont été rejoints par le MCC en 1998, leur alliance prenant en 2002 le nom de Mouvement réformateur (MR). En 2002, le Parti social-chrétien (PSC) est devenu le Centre démocrate humaniste (CDH), abandonnant la référence confessionnelle. L'orange a toutefois été conservé comme couleur distinctive de sa communication politique. Cette couleur est également celle utilisée par le parti chrétien-démocrate flamand (CVP, devenu CD&V en 2001). Ces changements ont suscité l'abandon progressif de l'appellation Bleue-romaine et son remplacement par la formule Orange bleue.

Cette formule de coalition a connu bon nombre de concrétisations dans l'histoire politique belge depuis le gouvernement Theunis I formé en 1921 entre le Parti catholique et le Parti libéral, mais toutes n'ont pas reçu ce surnom.

coalitions gouvernementales depuis 1944

Les commentaires sont fermés.