candidat


Personne qui concourt en vue d'occuper un poste ou une fonction.

Dans le contexte électoral, le candidat est celui qui se présente à un scrutin en vue d'être élu à un mandat de représentant dans une assemblée. Le candidat est tenu de remplir les conditions d'éligibilité parmi lesquelles des conditions de nationalité, d'âge et de domicile.
En Belgique où le système électoral est celui de la représentation proportionnelle, les candidats se présentent sur une liste comprenant au maximum autant de candidats effectifs qu'il y a de sièges à pourvoir, et comprenant dans la plupart des cas des candidats suppléants dont le nombre minimum et maximum est fixé par la loi. Les candidats effectifs (encore appelés candidats titulaires) sont ceux qui, s'ils atteignent le chiffre d'éligibilité (c'est-à-dire le nombre de voix requis pour être élu), siègeront effectivement dans l'assemblée, tandis que les candidats suppléants constitueront une réserve au cas où un ou plusieurs élus renoncent à leur mandat (démission pour raison personnelle ou politique, par exemple). Rien n'impose au candidat effectivement élu de siéger dans l'assemblée pour laquelle il a été élu. Ainsi, un ministre ou un parlementaire à un autre niveau de pouvoir peut se présenter comme candidat à une élection en vue de soutenir la liste tout en sachant qu'il ne siègera pas s'il est élu. Aucun mécanisme n'existe pour dissuader ou pénaliser cette pratique.
La sélection des candidats est le fait des partis politiques. Le président de parti joue généralement un rôle prépondérant dans la composition des listes pour l'élection du Sénat (à partir de 2014 celui-ci ne sera plus partiellement élu directement) et du Parlement européen car l'élection a lieu dans le cadre de collèges regroupant l'ensemble des francophones d'une part et l'ensemble des néerlandophones d'autre part, voire des germanophones qui constituent un collège distinct de celui des francophones pour l'élection européenne. Les structures régionales, provinciales ou d'arrondissement des partis sont les lieux où s'élaborent les listes pour les élections à la Chambre des représentants, aux parlements de communauté et de région et aux conseils provinciaux, tandis que les sections locales procèdent à la constitution des listes pour les élections communales. Dans le cadre de la confection des listes, les structures internes des partis jouissent donc d'une autonomie dont l'étendue peut varier selon les partis.
Les listes de candidats doivent désormais satisfaire à une exigence de parité, chacune devant compter le même nombre de femmes que d'hommes (à une unité près en cas de nombre impair de candidats).
Certains candidats occupent des places particulières sur la liste. Le premier candidat est appelé la tête de liste (qu'il ne faut pas confondre avec la case de tête) ; on dit aussi qu'il tire ou conduit la liste. Le dernier candidat d'une liste, celui qui la pousse, est la queue de liste. Le candidat qui occupe la place de combat est celui qui est situé à la place correspondant au nombre de sièges qu'a obtenu la liste à l'élection précédente plus un (par exemple, si une liste a obtenu quatre sièges à l'élection régionale de 2009, on dira du cinquième candidat de la liste en 2014 qu'il est à la place de combat).

Les commentaires sont fermés.