confédéralisme


Mode d'association d'États indépendants et souverains, qui confient par traité la gestion de certains de leurs intérêts à une organisation politique commune. En Belgique, projet d'accentuation du caractère fédéral de la structure institutionnelle de l'État.

Le confédéralisme est un mode d'association entre différents États. Ceux-ci restent indépendants et souverains, mais ils concluent entre eux un traité par lequel ils se lient afin de gérer en commun certains de leurs intérêts. Il s'agit aujourd'hui d'une notion historique, du moins au regard du droit international public, qui ne l'utilise plus (lui préférant le concept d'« organisation internationale »).

Il n'existe pas de définition juridique unique du terme de confédéralisme. Selon la doctrine classique, qui est la plus répandue, toute confédération possède cinq traits caractéristiques, que l'on peut résumer comme suit :

1. Une confédération est une association d'États, et non un État. Elle a donc pour source un traité de droit international et est régie par les règles du droit international.
2. Une confédération ne se voit attribuer par ses États membres que des compétences limitées. En règle générale, celles-ci se limitent à la gestion d'intérêts économiques, monétaires, douaniers et/ou militaires.
3. Une confédération reconnaît un droit de veto à ses États membres. Toute décision requiert donc l'accord unanime de ceux-ci, que ce soit pour modifier le traité confédéral ou pour adopter des décisions au sein des organes confédéraux.
4. Une confédération reconnaît un droit de sécession à ses États membres. Ceux-ci restent donc toujours libres de se retirer de l'association.
5. Une confédération n'a de lien politique direct qu'avec les États membres, jamais avec leurs habitants. Notamment, ceux-ci n'ont pas la nationalité de la confédération et ne disposent d'aucun droit de vote pour élire les organes politiques de la confédération.

L'histoire montre que le confédéralisme est surtout un régime de transition, soit vers une union, soit vers une séparation. Ainsi, les États-Unis d'Amérique sont passés rapidement d'une confédération (en 1780) à une fédération (en 1787). De même, les cantons suisses, après avoir été confédérés pendant plusieurs siècles, forment un État fédéral depuis 1848. À l'inverse, la Communauté d'États de Serbie-et-Monténégro n'a existé que de 2003 à 2006, avant de donner naissance à deux États distincts. Aujourd'hui, seules quelques rares associations d'États sont encore considérées comme des confédérations par certains juristes, comme la Confédération des États indépendants (CEI) ou le Commonwealth of Nations.

En Belgique, depuis le début du 21e siècle, le terme de confédéralisme a été investi d'un sens particulier par certains partis politiques – en particulier flamands – pour désigner leur volonté de réformer la structure institutionnelle du pays. Cette nouvelle acception, qui n'a aucun caractère juridique, recouvre une large gamme de projets. Si certains de ces projets vont jusqu'au séparatisme, la plupart d'entre eux désignent un approfondissement, parfois assez radical, de l'organisation fédérale du pays : transfert aux communautés et aux régions d'un certain nombre de compétences actuellement détenues par l'Autorité fédérale, transformation des mécanismes de solidarité interrégionaux de manière à diminuer les transferts financiers de la Flandre vers la Wallonie et Bruxelles, restriction des pouvoirs de la Région de Bruxelles-Capitale (voire mise sous tutelle de celle-ci), attribution effective des compétences résiduelles aux entités fédérées (mise en vigueur de l'article 35 de la Constitution). Dans cette logique, l'évolution vers le confédéralisme ne serait donc pas nécessairement contradictoire avec le maintien d'un État unique, même si les matières encore gérées en commun seraient réduites à peu de choses.

Par ailleurs, et toujours en un sens plus politique que juridique, on relève que l'État fédéral belge, sans être une confédération (qui est par définition une union d'États), présente quelques traits confédéraux. Il en va notamment ainsi, au sein des institutions de niveau fédéral, de la parité francophones/néerlandophones au Conseil des ministres, de l'existence de groupes linguistiques à la Chambre des représentants et au Sénat, des règles de double majorité régissant l'adoption des lois spéciales et de la procédure dite de la sonnette d'alarme : ces différents mécanismes ont pour effet que certaines décisions ne peuvent être prises par la majorité numérique flamande contre la volonté de la minorité francophone, ce qui rappelle le principe de l'unanimité des États membres dans une confédération.

Les commentaires sont fermés.