Déclaration universelle des droits de l’homme


Résolution de l'assemblée des Nations unies proclamée le 10 décembre 1948.

La Déclaration universelle des droits de l'homme constitue l'un des principaux textes internationaux affirmant les droits inaliénables et inviolables de la personne humaine.

Rédigée dans le sillage des atrocités commises durant la Seconde Guerre mondiale, la Déclaration constitue la première reconnaissance internationale des droits fondamentaux de l'être humain défendus par les philosophes des Lumières et proclamés aux Etats-Unis et en France à la fin du XVIIIème siècle.
La Déclaration comprend 30 articles qui consacrent chacun un droit ou une liberté fondamentale. Elle reconnaît les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels de chaque être humain.

La Déclaration est un instrument de grand poids moral, mais elle n'est pas contraignante juridiquement. Les Nations unies ont adopté deux pactes qui sont, eux, contraignants : le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, adoptés en 1966 et entrés en vigueur en 1976. Ils n'ont cependant pas été ratifiés par tous les États.

Depuis l'adoption de la Déclaration, d'autres instruments ont été adoptés, soit à vocation régionale soit à vocation sectorielle, visant entre autres la défense des droits de l'enfant ou l'établissement de l'égalité entre les femmes et les hommes. Ces instruments sont à la fois plus restreints et plus précis, mais la Déclaration demeure la pierre d'angle de la défense des droits de l'homme, même si certains ont mis en doute son caractère universel, estimant que le texte de la Déclaration reflétait trop la culture d'origine européenne de ses auteurs.

site du haut Commissariat des Nations unies aux Droits de l'homme

Les commentaires sont fermés.