Église catholique

notice mise à jour en 2020

Institution qui rassemble l'ensemble des communautés de la religion catholique de Belgique. Un des six cultes reconnus par l'État belge.

Autre appellation : Église, Église catholique romaine

L'Église chrétienne s'est organisée dès les premiers siècles de notre ère. Elle a été traversée par plusieurs schismes, qui ont donné naissance, à côté de l'Église catholique unie derrière l'évêque de Rome, le pape, à des Églises orthodoxes, réformées, anglicanes et autres. Les habitants des territoires de la future Belgique sont demeurés dans leur immense majorité catholiques. Aujourd'hui, la religion catholique demeure le culte qui rassemble le plus grand nombre d'adeptes.

L'Église catholique – parfois appelée Église catholique romaine, ou simplement l'Église – s'est développée dans un lien étroit avec les autorités politiques. Avant la Révolution française, le catholicisme est religion d'État dans les pays catholiques et l'Église y jouit de privilèges importants : perception de la dîme (impôt d'Église obligatoire), riches propriétés foncières, proximité entre le haut clergé et la haute aristocratie qui dirige les affaires de l'État, monopole de l'enseignement et de la tenue des registres de baptêmes, mariages et décès… Au 18e siècle, la philosophie des Lumières, affirmant la suprématie de la raison sur la foi, puis prônant la séparation de l'Église et de l'État, entame le pouvoir de l'Église. La Révolution française constitue un point de rupture, entraînant une laïcisation brutale de la sphère publique en France et dans les territoires qui lui seront liés sous la Première République et le Premier Empire (dont la Belgique entre 1795 et 1814). En 1830, la liberté de culte est reconnue parmi les libertés fondamentales par le gouvernement provisoire de la Belgique. La Constitution belge promulguée le 7 février 1831 confirme la liberté de culte et instaure un régime d'indépendance mutuelle entre l'Église et l'État accompagné d'un financement public des cultes.

Le 19e siècle est une époque de tensions entre certains pouvoirs politiques et l'Église, ainsi qu'à l'intérieur de celle-ci entre les défenseurs d'un retour à l'Ancien Régime et les partisans d'une acceptation au moins partielle de la modernité. La position de l'Église évolue peu à peu vers l'acceptation d'un État qui admet la liberté de conscience et qui octroie progressivement l'égalité de droits à l'ensemble de ses citoyens. La publication de l'encyclique Rerum Novarum par le pape Léon XIII en 1891 marque un tournant décisif en créant une doctrine sociale de l'Église. Au 20e siècle, le concile Vatican II (1962-1965) réforme l'Église en profondeur, tant au niveau des rites (liturgie en langue vernaculaire et non plus en latin) que du dogme. Il marque notamment l'acceptation par l'Église de la tolérance religieuse.

En Belgique, de nombreuses organisations liées à l'Église catholique ou inspirées par sa doctrine se développent ou voient le jour tout au long des 19e et 20e siècles : écoles, universités, syndicats, mutualités, hôpitaux, associations, mouvements de jeunesse… Avec le parti catholique puis les partis sociaux-chrétiens, ces organisations constituent l'un des deux principaux piliers de la société belge : le pilier catholique (ou pilier chrétien), qui connaît son apogée aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale et est toujours bien implanté de nos jours (notamment à travers le mouvement ouvrier chrétien).

En outre, en application de l'article 24 de la Constitution, et comme les autres cultes reconnus, l'Église encadre l'organisation de cours de religion catholique, pendant toute la durée de l'instruction obligatoire, dans les établissements scolaires organisés par les pouvoirs publics.

Jusque dans les années 1990, l'Église catholique belge prend régulièrement et fortement position sur les débats politiques et éthiques qui agitent la Belgique (« guerre scolaire », Question royale, légalisation de l'avortement et de l'euthanasie…). Depuis lors, elle fait plus rarement entendre sa voix sur les sujets qui ne sont pas strictement du domaine de la foi. Cette attitude résulte notamment du recul marqué de la pratique religieuse des catholiques belges, phénomène à l'œuvre depuis plusieurs décennies et qui va en s'amplifiant.

L'Église catholique est une organisation structurée et très hiérarchisée à la tête de laquelle se trouve le pape, qui réside dans l'État indépendant du Vatican, également dénommé Saint-Siège. Le territoire de la Belgique constitue une province ecclésiastique, comprenant neuf diocèses (Anvers, Bruges, Gand, Hasselt, Liège, Malines-Bruxelles, Namur, Tournai et un diocèse sans territoire géographiquement défini et spécifiquement dédié aux forces armées) à la tête de chacun desquels se trouve un évêque nommé par le pape. Les évêques sont réunis au sein de la Conférence épiscopale, qui est présidée par l'archevêque de Malines-Bruxelles. L'ensemble des diocèses comprennent près de 4 000 paroisses. Les diocèses et les paroisses disposent d'un important patrimoine immobilier, mobilier, artistique et financier. Dans chaque paroisse, l'aspect matériel du culte est géré par une fabrique d'église.

À côté des prêtres et vicaires qui forment le clergé dit séculier, les congrégations religieuses (claristes, dominicains, franciscains, …) constituent le clergé dit régulier.

Le Vatican, État souverain et indépendant, entretient des relations diplomatiques avec la Belgique. L'ambassadeur du Vatican s'appelle le nonce apostolique.

Site de l'Église catholique en Belgique francophone
Site de l'Église catholique en Flandre

Les commentaires sont fermés.