Fédération générale du travail de Belgique (FGTB)

notice mise à jour en 2020

Syndicat de travailleurs salariés appartenant au monde socialiste.

Anciennes appellations : Commission syndicale du POB et des syndicats indépendants,
Confédération générale du travail de Belgique

Autre appellation : Algemeen Belgisch Vakverbond

En 1898, le Parti ouvrier belge (POB) crée en son sein une Commission syndicale pour coordonner et promouvoir l'action syndicale et la création de nouveaux syndicats. La majorité des organisations syndicales existant alors s'intègrent à cette structure. Avec la transformation de la Commission syndicale en Confédération générale du travail de Belgique (CGTB) en 1937, le niveau interprofessionnel se structure davantage. La FGTB actuelle (en néerlandais Algemeen Belgisch Vakverbond (ABVV)) est issue de la fusion en 1945 de la CGTB avec trois organisations nées sous l'occupation : la Confédération belge des syndicats uniques (CBSU, communiste), le Mouvement syndical unifié (dirigé par André Renard) et le Syndicat général unifié des services publics (SGUSP).

La doctrine de la FGTB est basée sur la Déclaration de principes adoptée en 1945, qui fait directement référence à la lutte des classes comme moyen de transformation de la société. Cette option se traduit dans l'action par la volonté de contrôler les décisions du chef d'entreprise. La FGTB marque également un grand attachement aux initiatives des pouvoirs publics en matière économique et sociale.

La FGTB fait partie du monde socialiste et entretient des liens structurels avec les partis socialistes francophone et flamand ainsi que, au travers de l'Action commune socialiste (réseau créé en 1949 dans le cadre de la Question royale), avec la Mutualité socialiste. Cependant, la FGTB proclame son indépendance par rapport au monde politique.

La FGTB est organisée selon une structure à la fois professionnelle (les centrales professionnelles) et géographique (les sections régionales interprofessionnelles, regroupées en interrégionales).

Les centrales professionnelles du secteur privé sont :

  • la Centrale générale (CG) ;
  • la Centrale de l'industrie du métal de Belgique (CMB), scindée depuis 2006 en une organisation francophone, les Métallurgistes Wallonie-Bruxelles (MWB), et une organisation flamande, ABVV Metaal ;
  • la Centrale alimentation – horeca – services (HORVAL) ;
  • le Syndicat des employés, techniciens et cadres (SETCA) ;
  • l'Union belge du transport (UBT).

La FGTB possède une seule centrale pour les agents des services publics, la Centrale générale des services publics (CGSP).

Les sections régionales sont au nombre de neuf en Wallonie, où elles sont réunies au sein de l'Interrégionale wallonne, d'une à Bruxelles, qui forme l'Interrégionale de Bruxelles, et de six en Flandre, où elles sont réunies au sein de l'Interrégionale flamande.

La FGTB compte 1 515 954 affiliés (chiffre 2018), soit 45,4 % des syndiqués. La répartition de ses affiliés présente une prépondérance flamande : 48,0 % en Flandre, 39,4 % en Wallonie et 12,6 % à Bruxelles.

Comme organisation représentative des travailleurs, la FGTB siège dans un grand nombre d'organes consultatifs aux côtés des autres syndicats. Elle participe également à la négociation sociale sectorielle dans les commissions paritaires et à la négociation sociale interprofessionnelle.

Site de la FGTB

Les commentaires sont fermés.