justice

notice mise à jour en 2020

Ensemble des juridictions chargées de sanctionner les infractions, de régler les litiges et de contrôler le respect du droit. Au sens philosophique, principe de juste répartition des droits et des biens au sein de la société.

Dans un sens institutionnel et restreint, la justice désigne l'ensemble des cours et tribunaux chargés de sanctionner les infractions à la loi pénale et de régler les litiges qui s'élèvent entre particuliers ou entre ceux-ci et des personnes morales de droit public ou de droit privé. Ces institutions forment le pouvoir judiciaire, qui est indépendant du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif en vertu du principe de séparation des pouvoirs.

En Belgique, la justice est organisée sur le plan fédéral.

Elle se compose de cours et tribunaux dont les compétences sont établies sur une base territoriale et en fonction de la nature des affaires traitées.

On distingue la justice pénale de la justice civile. La justice pénale s'occupe des infractions, c'est-à-dire des actes punissables selon le code pénal ou d'autres textes en vigueur (par exemple le code de la route). La justice civile s'occupe des litiges entre personnes physiques ou morales.

Les différentes juridictions traitent les affaires en fonction de la gravité de l'infraction (contraventions, délits et crimes) en droit pénal ou de la nature du différend (affaire familiale, liée au travail, à une entreprise…) en droit civil. Généralement, une décision rendue en première instance peut faire l'objet d'un appel (ou d'une opposition dans le cas où la décision rendue en première instance l'a été en l'absence de la personne visée par la procédure). Une décision rendue en dernier ressort, c'est-à-dire qui ne peut plus faire l'objet d'un appel ou d'une opposition, peut être contestée devant la Cour de cassation au moyen d'un pourvoi. Cette juridiction est chargée de vérifier l'application correcte, durant la procédure, d'un certain nombre de règles de nature formelle, ainsi que la conformité au droit de la décision visée par le pourvoi. La Cour de cassation ne peut à nouveau se pencher sur les élements de fait de la cause qui lui est soumise. Elle doit en outre veiller à maintenir une certaine unité au sein de la jurisprudence des cours et tribunaux de l'ordre judiciaire.

Les principaux acteurs de la justice sont :

  • les justiciables : dans un procès civil, les demandeurs (personnes qui prennent l'initiative du procès) et les défendeurs (personnes contre qui l'action est dirigée) ; dans un procès pénal, les victimes et les prévenus (appelés accusés devant la Cour d'assises) ;
  • les avocats : ils défendent les droits des justiciables ; lorsqu'ils défendent les droits des défendeurs ou prévenus (ou accusés), on les appelle avocats de la défense ;
  • le Ministère public ou parquet (magistrature debout) : dans un procès pénal, ce sont les procureurs et leurs collaborateurs, qui défendent la société dans son ensemble ;
  • les juges et les conseillers (magistrature assise) : ils rendent des jugements (dans le cas des tribunaux) et des arrêts (dans le cas des cours).

Les articles 151 et 152 de la Constitution prévoient différents mécanismes afin de garantir l'indépendance des juges. Le parquet est quant à lui soumis à l'autorité du gouvernement fédéral mais le ministre de la Justice ne peut pas empêcher que des poursuites soient menées à l'encontre d'un suspect.

Depuis quelques décennies, des réformes des procédures judiciaires et de l'organisation de la justice ont été mises en œuvre en Belgique : on parle de réformes de la justice. Parmi les principales mesures, on peut citer la loi Franchimont (réforme de la procédure pénale), la création du Conseil supérieur de la justice, qui est un organe consultatif et de contrôle et qui présente au ministre de la Justice les candidats à des fonctions judiciaires, la réforme des arrondissements judiciaires ainsi que les différentes réformes adoptées sous l'appellation de lois « pot-pourri ».

Si le terme justice est parfois employé pour viser uniquement les cours et tribunaux de l'ordre judiciaire, il est de plus en plus utilisé dans un sens plus large qui inclut également l'activité des juridictions administratives, avec à leur sommet le Conseil d'État, ainsi que celle de la Cour constitutionnelle, ces juridictions étant chargées de contrôler la légalité des actes administratifs, pour les premières, et la constitionnalité des lois, pour la seconde. On parle alors de justice administrative ou constitutionnelle.

Le terme justice peut également être employé dans un sens plus philosophique. Il vise alors un principe de juste répartition des droits, des avantages et des biens entre les membres d'une société donnée, et non l'institution – ou l'une des institutions – chargée de restaurer cet équilibre lorsqu'il a été perturbé, ce qui est l'un des rôles sociaux qui revient aux autorités chargées de rendre la justice dans les États où le principe de séparation des pouvoirs est consacré. Ce principe de juste répartition a, depuis les origines de la pensée politique, fait l'objet d'interprétations variées, depuis La République de Platon jusqu'à la Théorie de la justice de John Rawls. Certains auteurs ont conclu à l'impossibilité de définir de manière stable et définitive la notion de justice. C'est notamment le cas du théoricien du droit Hans Kelsen qui, dans son ouvrage Qu'est-ce que la justice ?, développe une conception relativiste de la justice qui repose, en dernière instance, sur un principe de tolérance, seul apte à permettre une coexistence pacifique entre différentes conceptions du juste au sein de la société.

Site du pouvoir judiciaire

Site du Conseil supérieur de la justice

Les commentaires sont fermés.