Mécanisme européen de stabilité (MES)

notice mise à jour en 2020

Institution financière internationale créée en 2011 par des pays de l'Union européenne pour assurer la stabilité de la Zone euro et éviter le défaut de paiement d'un État membre.

Autre dénomination : European stability mechanism – ESM

En 2010, la crise de la dette dans la Zone euro a particulièrement touché plusieurs pays membres de l'Union européenne. Le Mécanisme européen de stabilité financière (MESF) et le Fonds européen de stabilité financière (FESF) ont été créés entre les 27 États membres pour pouvoir répondre rapidement à cette situation.

Conçu en tant que dispositif européen permanent pour garantir la stabilité de la Zone euro et éviter le défaut de paiement d'un État membre, le Mécanisme européen de stabilité (MES) est entré en vigueur le 27 septembre 2012, en remplacement du MESF et du FESF, et son organe directeur s'est réuni pour la première fois le 8 octobre suivant.

Sa création a nécessité une modification de l'article 136 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne et la conclusion du traité instituant le mécanisme européen de stabilité, signé le 11 juillet 2011 par 17 États membres de l'Union, soit ceux dont la monnaie est l'euro.

L'article 3 de ce traité expose que le MES « a pour but de mobiliser des ressources financières et de fournir, sous une stricte conditionnalité adaptée à l'instrument d'assistance financière choisi, un soutien à la stabilité à ses membres qui connaissent ou risquent de connaître de graves problèmes de financement, si cela est indispensable pour préserver la stabilité financière de la zone euro dans son ensemble et de ses États membres. À cette fin, il est autorisé à lever des fonds en émettant des instruments financiers ou en concluant des accords ou des arrangements financiers ou d'autres accords ou arrangements avec ses membres, des institutions financières ou d'autres tiers ».

Le MES est parfois qualifié de « pare-feu » européen ou de FMI européen. Il peut d'ailleurs collaborer avec le FMI.

Le MES a été établi pour renforcer la surveillance économique au sein de l'Union européenne par le biais d'actions préventives, parmi lesquelles une surveillance accrue de la viabilité de la dette des États en difficulté et des mesures de coercition plus efficaces à leur égard. Disposant à terme d'un capital de 700 milliards d'euros apportés par les États membres, le MES peut lever des fonds sur les marchés financiers. Il peut prêter des fonds aux pays membres en difficulté qui nécessitent son assistance, et peut racheter des titres de dette de ces pays, sur le marché primaire (émission par le pays) ou, pour éviter la déstabilisation de la Zone euro, sur le marché secondaire (revente par un créancier). Les États membres qui souhaitent faire appel au MES doivent accepter de suivre un programme strict d'ajustement économique et fiscal destiné à assurer la viabilité de leur dette. Le respect de ce « programme d'ajustement macroéconomique » conditionne aussi le versement par tranches de l'aide accordée. À l'instar des interventions du FMI, ces conditions font l'objet de critiques en raison des mesures d'austérité et de dérégulation qu'elles imposent à la population et aux institutions du pays concerné.

Le siège du MES est établi à Luxembourg. Ses organes de direction sont le conseil des gouverneurs et le conseil d'administration. Le premier rassemble les ministres des Finances de chaque État membre ou leurs représentants et est en principe présidé par le président de l'Eurogroupe. Dans le cas contraire, ce dernier siège comme observateur, tout comme notamment le commissaire européen en charge des Affaires économiques et monétaires et le président de la Banque centrale européenne (BCE) ou, sur invitation, un représentant du FMI. Le conseil d'administration est composé d'un représentant par État, choisi pour ses compétences dans les matières économiques et financières, et d'observateurs. Le directeur général du MES est désigné par le conseil des gouverneurs pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Depuis 2012, cette fonction est exercée par l'Allemand Klaus Regling. Il préside le conseil d'administration, participe au conseil des gouverneurs, dirige et organise le personnel du MES, et est le représentant légal du MES.

Les décisions des deux organes de direction se prennent, selon les cas, à l'unanimité, à la majorité qualifiée (80 % des voix exprimées) ou à la majorité simple. En cas d'urgence, les décisions requérant l'unanimité peuvent être adoptées à une majorité qualifiée de 85 %. Lors des votes, un quorum de deux tiers des membres représentant deux tiers des droits de vote est requis. Le droit de vote de chaque État membre dépend de la part du capital qu'il détient au sein du MES.

La contribution de chaque État membre au capital du MES est calculée en fonction de sa population et de son produit intérieur brut. En 2020, 19 pays sont membres du MES. Il s'agit, dans l'ordre décroissant de leur contribution au capital du MES (en pourcentage pour ceux détenant plus de 1 %), de l'Allemagne (26,95 %), de la France (20,23 %), de l'Italie (17,78 %), de l'Espagne (11,82 %), des Pays-Bas (5,67 %), de la Belgique (3,45 %), de la Grèce (2,80 %), de l'Autriche (2,76 %), du Portugal (2,49 %), de la Finlande (1,78 %), de l'Irlande (1,58 %), de la Slovaquie, de la Slovénie, de la Lituanie, de la Lettonie, du Luxembourg, de Chypre, de l'Estonie et de Malte. Les deux ou trois États détenant la plus grande partie du capital disposent, séparément ou ensemble, d'un droit de veto dans les cas où une majorité simple ou qualifiée est requise.

À ce jour, les pays qui ont reçu l'assistance du MES sont Chypre, l'Espagne, la Grèce, l'Irlande et le Portugal. Au début de l'année 2020, seule la Grèce était encore sous assistance du MES.

Site du MES

Les commentaires sont fermés.