médias


Moyens de diffusion collective d'outils d'information et de loisirs.

Il s'agit principalement d'une part de l'écrit et de l'image imprimée (presse, édition, affichage), d'autre part du cinéma, de l'audiovisuel (radio, télévision) diffusé sur tous moyens de communication électroniques tels que le câble, l'hertzien, le satellite, l'internet, l'adsl. Si historiquement les médias imprimés et le cinéma se sont développés dans le cadre d'initiatives privées, la radio et la télévision, longtemps tributaires de la rareté de leur infrastructure de diffusion, étaient en Europe des monopoles d'État. Le développement constant des initiatives privées, surtout à partir des années 1980, a accru le nombre des acteurs en radiodiffusion, alors que se réduisait la diversité de l'offre dans le secteur de la presse.
Le financement des médias privés repose dans des proportions différentes sur la vente et sur la publicité, celle-ci intervenant dans une part croissante aussi dans le financement des médias publics.
Au cours des dernières années, des groupes d'entreprises privés de dimension européenne ou internationale ont étendu leur emprise d'une part sur les différents canaux de diffusion, et d'autre part sur les contenus, accroissant d'autant leur capacité d'influence.
En raison de cette capacité d'influence sur la formation des opinions publiques, des institutions et des mécanismes ont été mis en place pour garantir la liberté d'expression et assurer un juste équilibre entre les droits et libertés fondamentales en jeu. C'est la mission impartie aux organes de régulation tels que le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).
Divers mécanismes visent la défense de la pluralité des opinions : le Pacte culturel, les aides à la presse (Autorité fédérale et Communauté française), les aides sélectives de la Communauté française aux radios privées, aux télévisions locales, à la production cinématographique.
Dans un but de démocratisation de la diffusion des médias écrits et audiovisuels, les différents niveaux de pouvoir ont mis en place des structures de prêts et de sensibilisation, comme les bibliothèques et la Médiathèque de la Communauté française de Belgique.
Enfin, depuis 1991, l'Union européenne a mis en place des programmes de soutien à l'audiovisuel et au cinéma, tandis que la directive sur la télévision sans frontières », qui date de 1989 et a été actualisée en 1997, régit la libre circulation des émissions en Europe et les limites à celle-ci pour assurer notamment la protection des consommateurs et des mineurs.
En décembre 2007, la directive européenne sur les services des médias audiovisuels sans frontières, qui remplace la directive sur la télévision sans frontières, a été adoptée et transposée en Communauté française le 3 février 2009. Outre la prise en compte de l'évolution technologique (notamment les services non linéaires dont la vidéo à la demande) et l'encouragement de la production d'œuvres européennes, cette directive instaure l'obligation pour les États membres de garantir l'indépendance des autorités nationales de régulation.

Les commentaires sont fermés.