Région de Bruxelles-Capitale

notice mise à jour en 2020

Une des trois Régions composant l'État fédéral, dont le territoire correspond aux 19 communes de l'arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale.

Organisée de manière bilingue, la Région de Bruxelles-Capitale (162 km2 et 1 211 026 habitants au 1er janvier 2020) est la seule Région belge dont le territoire n'est pas fixé par la Constitution mais par la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux institutions bruxelloises. Ce territoire est celui de l'arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale, qui correspond à la région bilingue de Bruxelles-Capitale.

La Région de Bruxelles-Capitale, aussi appelée Région bruxelloise, exerce sur son territoire le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif dans les matières attribuées aux Régions. Son pouvoir législatif s'exerce par des ordonnances qui ont force de loi, même si leur valeur juridique est légèrement inférieure à celle des lois et des décrets.

De nombreuses entreprises et administrations sont installées à Bruxelles, qui accueille quotidiennement un grand nombre de personnes, communément appelées « navetteurs », qui y travaillent mais vivent en Région flamande ou en Région wallonne. Cette situation impose à la Région de Bruxelles-Capitale des dépenses supplémentaires, alors que le revenu des Bruxellois est inférieur à la moyenne nationale. En conséquence, la Région bruxelloise bénéficie d'un mécanisme de coopération avec l'Autorité fédérale (Beliris) et est soumise à la tutelle de celle-ci dans quatre matières liées au rôle international et à la fonction de capitale de Bruxelles : l'urbanisme, l'aménagement du territoire, les travaux publics et les transports.

Parmi les autres spécificités de cette Région, citons le fait qu'elle exerce les compétences de l'Agglomération de Bruxelles, que deux Communautés (la Communauté française et la Communauté flamande) exercent leurs compétences sur son territoire, notamment par l'intermédiaire des Commissions communautaires, et qu'elle s'est vu attribuer certaines compétences de l'ancienne province de Brabant, aucune province n'existant plus sur le territoire de la Région. Signalons aussi que, si les matières culturelles relèvent des Communautés, la sixième réforme de l'État a attribué à la Région de Bruxelles-Capitale la compétence relative au biculturel d'intérêt régional.

Les compétences de la Région de Bruxelles-Capitale sont exercées par le Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale, dont la composition garantit la représentation de la minorité flamande, et par le gouvernement bruxellois. Ce dernier est composé de cinq ministres, qui se répartissent en pratique en trois ministres francophones et deux néerlandophones ; ils sont assistés par trois secrétaires d'État régionaux, qui se répartissent en pratique en deux francophones et un néerlandophone. Les secrétaires d'État régionaux sont adjoints à un ministre et ne font pas partie du gouvernement. Ils siègent par contre au collège de leur Commission communautaire, avec voix délibérative.

Le Parlement bruxellois élit les membres du gouvernement bruxellois et les secrétaires d'État, pas nécessairement en son sein. Le gouvernement participe au pouvoir législatif (il peut élaborer des projets d'ordonnance et déposer des amendements), et exerce le pouvoir exécutif en adoptant des règlements ainsi que les arrêtés nécessaires à l'application des ordonnances. Le gouvernement est responsable devant le Parlement.

Le gouvernement dispose d'une administration organisée en services de différents statuts (services du gouvernement, organismes d'intérêt public, sociétés publiques…).

La Région de Bruxelles-Capitale dispose d'un financement d'origine fédérale – augmenté suite à la sixième réforme de l'État, qui a prévu un refinancement de Bruxelles –, d'un pouvoir fiscal et de compétences auxiliaires qui lui donnent les moyens de sa politique. Elle est donc autonome dans les domaines de sa compétence.

Site de la Région de Bruxelles-Capitale

Les commentaires sont fermés.