souveraineté interne

Nouvelle notice

Droit exclusif d'exercer l'autorité politique (législative, exécutive et judiciaire) sur une zone géographique donnée ou sur un groupe de peuples déterminé.

La souveraineté interne désigne le droit exclusif d'un État à exercer les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire sur les territoires et les populations sur lesquels il a autorité.

Dans presque tous les pays, la souveraineté interne s'exerce au minimum dans les domaines suivants : la sécurité extérieure (diplomatie et défense armée), la sécurité intérieure (compétences pénales et activités policières), la justice et les finances publiques (monnaie, perception des impôts, contrôle des marchés financiers). S'y ajoutent bien souvent l'instruction, la santé, les politiques sociales (logement, sécurité sociale, emploi…), l'environnement et la culture.

En démocratie, la souveraineté interne appartient toujours au peuple et, plus précisément, au pouvoir constituant. Dans un État unitaire, l'exercice de la souveraineté interne est l'apanage du niveau de pouvoir central. Dans un État fédéral, par contre, cet exercice est partagé entre le niveau de pouvoir national (en Belgique, l'Autorité fédérale) et les entités fédérées (en Belgique, les Régions et les Communautés).

Au sein d'un État fédéral, il n'existe en principe pas de liste limitative des compétences étatiques qui peuvent être du ressort des entités fédérées. En pratique, font toutefois généralement exception les droits régaliens suivants, qui restent l'exclusivité du niveau national : lever une armée, conclure la paix ou déclarer la guerre, battre monnaie et instaurer des douanes.

Les commentaires sont fermés.