subsidiarité


Principe selon lequel l'exercice des compétences ne doit se faire à un échelon supérieur que s'il peut y être mené avec plus d'efficacité.

Le principe de subsidiarité implique que la politique doit être conduite en priorité au niveau le plus proche du citoyen. Ce n'est que lorsqu'une politique peut être menée avec plus d'efficacité à un échelon supérieur que sa compétence doit être confiée à une institution plus éloignée du citoyen.

Dans l'Union européenne, ce principe a été introduit par le Traité de Maastricht : l'Union européenne ne doit agir que dans les domaines où l'action de l'échelon inférieur, c'est-à-dire les États membres, est considérée moins efficace. Les États membres conservent les compétences qu'ils sont capables de gérer efficacement eux-mêmes et délèguent à l'Union européenne celles qui seront mieux gérées en commun.

Le Traité de Lisbonne consacre ce principe comme étant un principe fondamental de l'Union. Le principe de subsidiarité doit être respecté dans tous les projets d'actes législatifs. Les parlements nationaux exercent un contrôle du respect de ce principe dans les propositions législatives de la Commission européenne : à la demande d'un tiers de ceux-ci, la Commission est invitée à reconsidérer sa proposition. La proposition peut être maintenue, modifiée ou retirée par la Commission ou bloquée par le Parlement européen ou par le Conseil. En cas de violation du principe de subsidiarité, le Comité des régions peut également saisir directement la Cour de justice de l'Union européenne.

Le principe de subsidiarité est appliqué pour déterminer le champ d'action respectif des États membres et de l'Union dans les domaines qui sont des compétences partagées (par exemple la protection de l'environnement). Il ne s'applique pas aux compétences exclusives de l'Union (par exemple la politique monétaire) ou pour celles qui restent entièrement aux États membres (par exemple les règles qui régissent l'octroi de la nationalité).

Les commentaires sont fermés.