syndicat

Notice mise à jour

Organisation qui se donne pour objectif de défendre les intérêts des travailleurs salariés et des fonctionnaires auprès des chefs d'entreprise, des organisations patronales et des pouvoirs publics et d'obtenir, par l'action collective et la négociation, l'amélioration de leurs conditions de travail, de salaire et de statut.

L'histoire des syndicats est inséparable de l'histoire du travail salarié. Les premiers syndicats sont nés avec les débuts de l'industrialisation. Bien que la liberté d'association soit l'une des libertés fondamentales inscrites dans la Constitution belge, les syndicats ont lutté jusqu'en 1866 pour pouvoir exister ouvertement (abolition du délit de coalition) et ce n'est qu'à partir de 1921 que l'exercice du droit de grève n'a plus été entravé par le Code pénal.

Parallèlement à la transformation des modes de production et des conditions de travail, les syndicats se sont d'abord structurés sur une base professionnelle et sectorielle, en commençant par les bassins industriels, puis à l'échelle du pays. Ensuite est intervenue une structuration sur une base interprofessionnelle en des organisations regroupant les différentes branches d'activité. Aujourd'hui, les syndicats sont des organisations de masse, complexes, présentes à la fois dans les entreprises, au niveau des secteurs d'activité et à l'échelon interprofessionnel, d'une part, et au plan sous-régional, régional et national, de l'autre. Leur action se prolonge au niveau européen et mondial.

Les trois organisations syndicales interprofessionnelles belges sont la Confédération des syndicats chrétiens de Belgique (CSC), la Fédération générale du travail de Belgique (FGTB) et la Centrale générale des syndicats libéraux de Belgique (CGSLB).

Ensemble, ces trois syndicats déclarent compter quelque 3,4 millions d'affiliés (2016), parmi lesquels on compte une forte proportion de chômeurs, de prépensionnés et de pensionnés. Le taux global de syndicalisation des travailleurs occupés dans les entreprises est estimé à environ 60 %. Il varie fortement selon la branche d'activité et la taille de l'entreprise.

Ces trois syndicats sont des acteurs importants dans l'élaboration de la politique sociale et de certains aspects de la politique économique. Ils participent à la gestion paritaire de la sécurité sociale ainsi que, tous les deux ans, à la négociation d'un accord interprofessionnel (AIP), préalablement à la négociation des conventions collectives de travail (CCT) dans les différents secteurs d'activité.

Outre les trois organisations citées, il existe d'autres syndicats qui affilient des travailleurs de catégories professionnelles particulières (cadres, pilotes d'avion, conducteurs de train, fonctionnaires, policiers…). Ils sont parfois qualifiés d'organisations corporatistes et ne sont pas liés aux trois grands syndicats.

Dans le secteur privé, seuls ces derniers jouissent de la reconnaissance officielle de leur représentativité, en vertu de laquelle ils siègent dans les organes officiels de consultation et de négociation, principalement les commissions paritaires instituées au niveau des secteurs d'activité, le Conseil national du travail (CNT) et le Conseil central de l'économie (CCE). La Confédération nationale des cadres (CNC) est reconnue comme organisation représentative dans le cadre de la législation sur les élections sociales.

Dans le système particulier de concertation sociale de la fonction publique, certaines organisations catégorielles non liées aux trois grands syndicats sont reconnues comme représentatives.

Certaines organisations défendant une catégorie sociale spécifique prennent également le nom de syndicat, tels le Syndicat national des propriétaires et copropriétaires ou le Syndicat neutre pour indépendants.

site de la CSC
site de la FGTB
site de la CGSLB
site de la CNC

 

Fragments sonores (RadioPanik)

« Syndicat »

Les commentaires sont fermés.