vote électronique


Vote opéré au moyen d'un ordinateur et d'un crayon optique, et non d'une feuille de papier et d'un crayon à mine.

Le vote électronique, qu'on appelle officiellement vote automatisé, consiste pour l'électeur à émettre son suffrage au moyen d'un ordinateur et d'un crayon optique et à déposer la carte magnétique sur laquelle son vote est enregistré dans une urne électronique.

L'organisation du vote au moyen de systèmes automatisés a été testée la première fois dans deux cantons (Verlaine et Waarschoot) à l'occasion des élections législatives et provinciales de novembre 1991. Un deuxième test a eu lieu en 1994 et en 1995 dans les circonscriptions électorales de Liège et d'Anvers, dans quatre cantons bruxellois, dans les cantons de Verlaine et de Waarschoot et dans ceux d'Eupen et de Saint-Vith. Le vote automatisé a encore été étendu pour les élections du 13 juin 1999.

Actuellement, au total, environ 3 200 000 électeurs, soit 44 % de l'électorat, sont actuellement concernés par le vote automatisé. Leur répartition par région est cependant très inégale : environ 540 000 dans la Région de Bruxelles-Capitale (soit la totalité des électeurs), environ 500 000 en Région wallonne et environ 2 160 000 en Région flamande.

Une expérience de ticketing consistant en l'impression du vote automatisé sur un support papier et permettant à l'électeur de vérifier la conformité du vote enregistré avec son choix a eu lieu dans deux cantons en 2003 mais n'a pas été reconduite.

Par ailleurs, des expériences de comptage et de dépouillement optique ont également été menées dans deux cantons électoraux (Chimay et Zonnebeke) à l'occasion des élections de 1999, 2000 et 2003. Dans ces cas, l'électeur émettait son vote sur un bulletin papier traditionnel et seuls le dépouillement et le comptage se faisaient électroniquement au moyen d'un appareil de lecture optique. Il a été décidé en 2005 d'abandonner définitivement ce système. Il avait pourtant la préférence de certains parce qu'à leurs yeux il offrait davantage de garanties contre la manipulation des résultats que le système électronique.
Les critiques adressées aux systèmes de vote automatisé ont conduit à l'adoption d'un certain nombre de mesures visant à renforcer le contrôle démocratique sur le bon fonctionnement de ces systèmes.

Les commentaires sont fermés.