Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV)


Dossier communautaire ayant eu pour objet deux entités à cheval sur la région bilingue de Bruxelles-Capitale et la région de langue néerlandaise : la circonscription électorale de Bruxelles-Hal-Vilvorde et l'arrondissement judiciaire de Bruxelles.

Durant de nombreuses années, le dossier « Bruxelles-Hal-Vilvorde » (ou BHV) a constitué l'un des principaux points de crispation entre francophones et néerlandophones. Cette expression désignait deux réalités, juridiquement distinctes mais politiquement liées. D'une part, la circonscription électorale de Bruxelles-Hal-Vilvorde, utilisée pour l'élection de la Chambre des représentants, du Sénat et du Parlement européen. D'autre part, l'arrondissement judiciaire de Bruxelles. Ces deux entités avaient pour particularité de s'étendre sur deux régions linguistiques : l'ensemble de la région bilingue de Bruxelles-Capitale et une partie de la région unilingue de langue néerlandaise. En effet, leur territoire correspondait à ceux de l'arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale (c'est-à-dire les 19 communes bruxelloises) et de l'arrondissement administratif de Hal-Vilvorde (qui compte 35 communes et est l'un des deux arrondissements administratifs de la province de Brabant flamand, avec celui de Louvain).

Ces deux entités ne répondaient donc pas à la logique de la division du pays en régions linguistiques. Les partis francophones y voyaient un moyen de sauvegarder les droits linguistiques des citoyens francophones habitant dans les communes flamandes de la périphérie bruxelloise. Il s'agissait de garantir à ceux-ci deux types de droits : d'une part, la possibilité de voter pour des candidats francophones aux trois scrutins cités et d'être représentés par des francophones au Parlement fédéral et au Parlement européen (pour cela, les voix des électeurs de Hal-Vilvorde étaient mêlées à celles des électeurs bruxellois pour déterminer la répartition des sièges et le nom des élus) ; d'autre part, le droit de voir leurs dossiers judiciaires traités en langue française. À l'inverse, les partis néerlandophones y voyaient un vecteur de francisation du Brabant flamand.

Bien qu'existant tous deux depuis la création de l'État belge, cette circonscription électorale et cet arrondissement judiciaire n'ont commencé à poser réellement problème qu'à partir de la fixation de la frontière linguistique en 1962-1963. Surtout, la pression flamande s'est fortement accrue après qu'un arrêt de la Cour d'arbitrage, le 26 mai 2003, a conclu que le maintien de la circonscription de Bruxelles-Hal-Vilvorde pour l'élection de la Chambre n'était plus acceptable dans le nouveau cadre de circonscriptions coïncidant avec le territoire des provinces (cet arrêt de la Cour n'imposant cependant pas la scission comme seul moyen de résolution du problème).

Le dossier « BHV » s'est alors mué en l'un des principaux conflits communautaires qu'ait connus la Belgique dans son histoire récente. Il a notamment eu pour conséquence la chute du gouvernement Leterme II : le 22 avril 2010, constatant l'impossibilité de faire aboutir les négociations sur la scission de la circonscription, l'Open VLD s'est retiré du gouvernement fédéral, provoquant ainsi les élections anticipées du 13 juin 2010. Au lendemain de celles-ci, les partis flamands ont exigé la conclusion d'une réforme institutionnelle incluant la scission de la circonscription préalablement à la formation du gouvernement fédéral. Les négociations institutionnelles ont abouti à l'Accord institutionnel pour la sixième réforme de l'État du 11 octobre 2011. Cet accord a notamment repris les termes d'un accord antérieur, datant du 14 septembre 2011, optant pour la scission de la circonscription électorale de Bruxelles-Hal-Vilvorde et pour une profonde réforme de l'arrondissement judiciaire de Bruxelles. Ce volet de l'accord institutionnel a reçu sa traduction constitutionnelle et législative le 19 juillet 2012.

La circonscription électorale de Bruxelles-Hal-Vilvorde a été scindée pour l'élection de la Chambre des représentants et pour celle du Parlement européen (la question ne se posant plus pour le Sénat, dont plus aucun membre n'est élu directement). Pour la Chambre, existent désormais la circonscription de Bruxelles-Capitale (composée des 19 communes bruxelloises) et la circonscription du Brabant flamand (formée par réunion de l'arrondissement administratif de Hal-Vilvorde et de l'arrondissement administratif de Louvain, qui constituait jusqu'alors la circonscription de Louvain). De même, pour l'élection du Parlement européen, l'arrondissement administratif de Hal-Vilvorde est dorénavant inclus dans le collège électoral néerlandais.

En contrepartie, des compensations ont été accordées aux francophones (dont certaines purement symboliques). En particulier, pour les deux scrutins concernés, des dispositions spéciales permettent aux habitants des six communes à facilités de la périphérie bruxelloise, réunies dans le nouveau canton de Rhode-Saint-Genèse, de voter soit pour les listes présentées dans la circonscription du Brabant flamand soit pour les listes présentées dans la circonscription de Bruxelles-Capitale (pour la Chambre des représentants), et soit pour les listes présentées dans le collège électoral français soit pour les listes présentées dans le collège électoral néerlandais (pour le Parlement européen). Une partie des droits des francophones des six communes à facilités est ainsi préservée, ce qui n'est pas le cas dans les autres communes de Hal-Vilvorde. Plus largement, la scission de la circonscription électorale de Bruxelles-Hal-Vilvorde doit être mise en lien avec divers volets de la sixième réforme de l'État, dont le refinancement des institutions bruxelloises et le projet de création d'une « communauté métropolitaine de Bruxelles ».

Pour sa part, l'arrondissement judiciaire de Bruxelles n'a pas été scindé ; au contraire, en contrepoids de la suppression de la circonscription électorale de Bruxelles-Hal-Vilvorde, il a été consolidé. Il a toutefois été profondément réformé : dédoublement des tribunaux francophones et néerlandophones bruxellois, scission territoriale du parquet du procureur du Roi et de l'auditorat du travail (entre une structure bilingue pour les 19 communes bruxelloises et une structure de langue néerlandaise pour les 35 communes de Hal-Vilvorde), et modification de certains aspects du régime de l'emploi des langues applicable aux procédures contentieuses devant les juridictions de l'arrondissement.

 

Les commentaires sont fermés.