Mouvement ouvrier chrétien (MOC)

Notice en cours de mise à jour

Organe de coordination francophone d'un ensemble de mouvements et d'organisations sociales du monde chrétien.

Actif en Wallonie (en ce compris en région de langue allemande) et en région bruxelloise, le MOC est la composante francophone et germanophone du mouvement ouvrier chrétien en Belgique. Il est donc, toutes choses égales par ailleurs, le pendant francophone de ce qu'est, du côté néerlandophone, beweging.net (anciennement, l'ACW). Jusqu'en 2014, les deux ailes communautaires du mouvement ouvrier chrétien belge étaient relativement similaires dans leur nature et leurs structures. Depuis la transformation de l'ACW en beweging.net, ces deux ailes ne peuvent plus être considérées comme les exactes équivalentes l'une de l'autre.

Le Mouvement ouvrier chrétien (MOC) fédère des mouvements et organisations autonomes auxquelles sont affiliés des membres. Comme « coupole », le MOC comprend différentes organisations dites constitutives. Deux de ces organisations sont établies sur le plan national : l'Alliance nationale des mutualités chrétiennes (ANMC) et la Confédération des syndicats chrétiens de Belgique (CSC). Le MOC comprend aussi des organisations socio-éducatives. Il s'agit actuellement de Vie féminine, des Équipes populaires (EP) et des Jeunes organisés combatifs (JOC – avant 2014, Jeunesse ouvrière chrétienne et Jeunesse ouvrière chrétienne féminine, JOC et JOC-F) ; il s'agit là de mouvements reconnus comme organisations d'éducation permanente (Vie Féminine et EP) ou comme organisation de jeunesse (JOC). Par ailleurs, le MOC est aussi structuré en fédérations régionales, dont certaines développent des initiatives propres (par exemple, l'asbl Loisirs et Vacances).

Outre le fait d'être une fédération d'organisations, le MOC développe des initiatives et actions dans différents domaines. Dans le domaine de la formation, de l'enseignement et de la recherche, le MOC peut s'appuyer sur le Centre d'information et d'éducation populaire (CIEP), créé en 1961, sur l'Institut supérieur de culture ouvrière (ISCO), créé en 1962, sur la Fondation Travail-Université (FTU), créée en 1967, et sur le Centre d'animation et de recherche en histoire ouvrière et populaire (CARHOP), créé en 1977. Depuis 1973, le MOC participe aussi au conseil paritaire de la Faculté ouverte de politique économique et sociale (FOPES), école de la Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication de l'UCL. Depuis 2009, il est également le pouvoir organisateur de l'Institut Cardijn, école sociale intégrée dans la Haute École Louvain en Hainaut (HELHA). En 2017, le MOC et l'UCL ont mis sur pied une Chaire de recherche : la Chaire Travail-Université. Par ailleurs, le MOC est impliqué dans l'insertion socio-professionnelle via le réseau des Actions intégrées de développement (AID) et dans le développement de l'économie sociale via l'agence-conseil Syneco. Enfin, le MOC organise chaque année la « Semaine sociale », journées d'études et de débats sociopolitiques.

Le premier congrès du MOC date de 1961. En 1972, le MOC se prononce pour le pluralisme politique et crée son propre secrétariat politique. En 1982, il tente sans succès de constituer son propre mouvement politique, Solidarité et participation (SEP). Il adopte de nouveaux statuts en 1991, révisés en 2011.

Le MOC édite le périodique bimensuel Démocratie (qui a pris la relève du quotidien puis hebdomadaire La Cité, fondé en 1950).

site du MOC

Les commentaires sont fermés.