clivage


Division profonde à l'intérieur d'une société, qui se traduit par des tensions persistantes et la création de groupes et de partis opposés les uns aux autres sur l'objet du conflit.

En science politique, le terme de clivage désigne une division en deux camps sur un sujet donné.

Les démocraties occidentales ont été traversées, depuis le dix-huitième siècle au moins, par des clivages qui expliquent largement leur évolution politique. Suite à la révolution industrielle et au passage à la démocratie représentative, entre autres, quatre grands clivages ont structuré la société civile et la vie politique de nombreux pays européens :
– le clivage Église-État (aussi appelé clivage philosophique), qui oppose les défenseurs de la liberté et de la prééminence de l'Église aux tenants d'un État neutre et laïque, notamment quant à leur rôle respectif en matière d'éthique, d'enseignement et d'assistance ;
– le clivage possédants-travailleurs (aussi appelé clivage socio-économique), qui oppose les bénéficiaires de l'industrialisation et de la propriété privée des capitaux aux prolétaires et aux salariés ;
– le clivage industrie-agriculture ou ville-campagne, qui oppose les défenseurs des intérêts industriels et urbains aux défenseurs des intérêts agricoles et ruraux ;
– le clivage centre-périphérie (aussi appelé clivage communautaire en Belgique), qui oppose les tenants d'un État unitaire (voire centralisé), comme l'est l'État français, aux tenants d'une autonomie (voire de l'indépendance) des régions périphériques, comme le permet le fédéralisme.

En Belgique, le troisième clivage n'a jamais pris d'importance majeure, à la différence du quatrième qui est à l'origine de la fédéralisation du pays et de ce qu'on appelle les problèmes communautaires, qui ont connu une grande acuité en raison notamment de la diversité des langues parlées par la population.

Les clivages traversent le corps électoral et débouchent à terme sur la constitution de partis qui défendent l'une ou l'autre position (partis cléricaux/anticléricaux, partis bourgeois/partis ouvriers, etc.). Ils peuvent aussi susciter la création de groupes de pression et d'organisations structurés en piliers, chaque pilier partageant une même position autour d'un clivage majeur. Par-delà une divergence de vues, un clivage révèle souvent un rapport de force inégal entre les tenants de l'une et l'autre thèse, les uns se félicitant ou tirant profit d'une situation que les autres subissent ou dénoncent.

Depuis la naissance des partis écologistes, on débat beaucoup de l'émergence d'un nouveau clivage, « matérialisme/post-matérialisme », qui opposerait ceux qui donnent la primauté aux intérêts matériels (qu'ils soient de droite ou de gauche) à ceux qui donnent la primauté à des intérêts immatériels (valeurs éthiques, environnement, sécurité…). Compte tenu de la structuration de la société civile (y compris le monde des entreprises) et des partis politiques autour des questions environnementales, on peut en fait reconnaître l'existence, plus précisément, d'un clivage production-environnement, les questions éthiques ou sécuritaires relevant d'autres clivages.

Les commentaires sont fermés.