Confédération des syndicats chrétiens de Belgique (CSC)

Notice mise à jour

Syndicat de travailleurs salariés appartenant au monde chrétien.

Les débuts d'une organisation centralisée du syndicalisme chrétien remontent à la création en 1904 d'un Secrétariat général des unions professionnelles chrétiennes. La CSC adopte son nom actuel en 1923 (en néerlandais, Algemeen Christelijk Vakverbond van België (ACV)). Longtemps minoritaire, elle a dépassé en nombre d'affiliés la Fédération générale du travail de Belgique (FGTB) à la fin des années 1950 et est depuis lors le premier syndicat en Belgique. En 2016, 46,2 % des syndiqués le sont à la CSC.
Le syndicalisme chrétien est marqué à son origine par un fort sentiment d'anti-socialisme. Sa doctrine est imprégnée de l'enseignement de l'Église catholique en matière sociale, définie entre autres par l'encyclique Rerum Novarum (1891). Cette option doctrinale, qui rejette la lutte des classes, est toujours perceptible aujourd'hui dans les entreprises, où la CSC est perçue comme un syndicat qui tente d'éviter l'affrontement et qui est davantage enclin au compromis que son homologue socialiste.

La CSC est l'une des organisations constitutives du Mouvement ouvrier chrétien (MOC) du côté francophone, et de beweging.net du côté flamand. Les liens privilégiés qu'entretenaient ces organisations avec les partis sociaux-chrétiens ont longtemps fait de ces partis leurs relais politiques privilégiés grâce au poids que représentaient au sein de ces partis les parlementaires de tendance démocrate-chrétienne. La perte d'identité de cette tendance au sein de ces partis et, du côté francophone, le fait que le MOC se soit prononcé en faveur d'un pluralisme politique en 1972, ont distendu ces liens sans les faire complètement disparaître. Depuis 1945, la CSC proclame son indépendance par rapport aux partis politiques.
La CSC est organisée selon une structure à la fois professionnelle (les centrales professionnelles) et géographique (les fédérations régionales interprofessionnelles).

Les centrales professionnelles actives dans le secteur privé sont :

– ACV-CSC-Metea (métal et textile) ;
– Centrale nationale des employés-Groupement national des cadres (CNE-GNC) ;
– CSC-Alimentation et services ;
– CSC-Bâtiment, industrie et énergie ;
– Landelijke Bedienden Centrale-Nationale Vakverbond voor Kaderleden (LBC-NVK) ;
– Sporta.

Dans le secteur public et l'enseignement, les centrales de la CSC sont :

– Christelijke Onderwijs Centrale (COC) ;
– Christelijk Onderwijzersverbond (COV) ;
– CSC-Enseignement ;
– CSC-Services publics.

Enfin, la CSC-Transcom (transport et communications) est active dans le secteur privé et dans le secteur public.
Les fédérations régionales sont au nombre de huit en Wallonie, de cinq en Flandre et d'une pour Bruxelles-Hal-Vilvorde.
Le nombre d'affiliés de la CSC s'élève à 1 571 058 (chiffres de 2016). Ces membres sont répartis de façon différente selon les régions. Ils sont 62,8 % en Flandre (non compris Hal-Vilvorde), 25,6 % en Wallonie et 11,6 % dans la fédération de Bruxelles-Hal-Vilvorde.
Comme organisation représentative des travailleurs, la CSC siège dans un grand nombre d'organes consultatifs aux côtés des autres syndicats. Elle participe également à la négociation sociale sectorielle dans les commissions paritaires et à la négociation sociale interprofessionnelle.

 

site de la CSC

Les commentaires sont fermés.