famille politique

notice mise à jour en 2022

Ensemble de partis et de mouvements politiques partageant une même idéologie (entendue comme un socle de principes et de valeurs partagés), voire une histoire commune, et étant potentiellement amenés à coopérer sur la scène nationale et/ou internationale.

Dès le 19e siècle, de nombreux partis politiques apparaissent dans les pays européens et sur d'autres continents. Bien qu'ils s'inscrivent dans des contextes nationaux différents, certains voient le jour sur la base d'une idéologie partagée, le long d'une même ligne de clivage. C'est ainsi que se développent des familles politiques telles que les familles libérale, sociale-chrétienne (ou chrétienne-démocrate) et socialiste (ou sociale-démocrate).

Le partage d'un socle de principes et de valeurs communs conduit certains de ces partis à entretenir des liens, parfois étroits, notamment au travers d'internationales, telles que, à la gauche du spectre politique, l'Internationale socialiste (ou IIe Internationale, fondée en 1889), l'Internationale communiste (ou IIIe Internationale, fondée en 1919) ou la IVe Internationale (fondée par Léon Trotsky en 1938). Plus récemment, certaines familles politiques ont donné naissance à des fédérations transnationales, voire à des partis transnationaux, en particulier sous la forme de partis politiques européens.

Certaines idéologies (nationalistes ou d'extrême droite en particulier) rendent plus difficile l'établissement de relations de collaboration entre partis politiques d'une même famille politique. Ce concept permet toutefois de classer ces partis en fonction des valeurs qu'ils partagent et non uniquement ou principalement des contacts qu'ils entretiennent avec d'autres formations similaires.

En Belgique, les trois principaux partis ayant structuré la vie politique depuis le 19e siècle se scindent sur une base linguistique et communautaire dans les premiers temps du processus de fédéralisation de l'État belge : en 1968 pour les sociaux-chrétiens, au début des années 1970 pour les libéraux et en 1978 pour les socialistes. Appartenant toujours à leur famille respective, les partis qui résultent de ces scissions (l'un francophone et l'autre néerlandophone) et qui partagent la même idéologie sont qualifiés de « partis-frères ». Progressivement, les liens organiques entre eux tendent à disparaître. Néanmoins, les relations entre les cadres et mandataires de ces partis demeurent souvent privilégiées, que ce soit au niveau des appareils de parti, des assemblées parlementaires ou des organes exécutifs auxquels ils participent éventuellement. Ainsi, une certaine mixité caractérise les cabinets ministériels fédéraux – et, dans une certaine mesure, en région bruxelloise – dans le sens où ils incluent généralement des collaborateurs issus du parti-frère.

Dès les années 1970 et 1980, deux nouvelles familles politiques majeures s'établissent ou réapparaissent et s'institutionnalisent en Belgique et, plus largement, en Europe. La première rassemble les formations écologistes, la seconde est composée de partis d'extrême droite. Toutes deux acquièrent une importance électorale de poids, essentiellement en Flandre pour ce qui concerne l'extrême droite, et une capacité d'influence notable sur les politiques publiques. Bien que les organisations qui sont regroupées au sein de ces familles respectives ne partagent pas nécessairement une histoire commune, des relations privilégiées sont susceptibles de se développer entre elles. En Belgique, les partis rassemblés au sein de la famille écologiste sont par exemple unis au sein d'un groupe politique commun à la Chambre des représentants et au Sénat et déposent généralement des listes communes dans la circonscription de Bruxelles-Capitale en vue de l'élection à la Chambre des représentants.

Si les familles politiques présentent un potentiel fédérateur, les éléments de convergence que l'on peut observer au sein de chacune d'entre elles fluctuent au fil du temps et en fonction des thématiques. En outre, certains partis importants n'appartiennent pas à une des familles politiques traditionnelles et n'ont pas nécessairement de « parti-frère » ailleurs en Belgique (ainsi en va-t-il de la N-VA en Flandre, de Défi dans l'espace francophone ou de ProDG en Communauté germanophone). Enfin, les familles politiques sont fragilisées par le processus de distanciation qui s'opère entre les deux principaux sous-systèmes politiques que compte la Belgique, francophone d'une part, néerlandophone de l'autre.

Sans que ce soit systématique, les partis rassemblés au sein d'une même famille politique recourent souvent à des dénominations similaires, bien qu'une évolution inverse puisse être repérée en Belgique ces dernières années.

Classer des partis politiques par familles est une condition préalable à la recherche comparée sur les partis. L'étude des familles politiques occupe donc une place importante en science politique, surtout depuis les années 1980.

Les commentaires sont fermés.