scrutin majoritaire


Dans le cadre d'une élection, système d'attribution des sièges qui favorise les candidats ou les listes qui ont obtenu le plus de voix et qui dégage ainsi des majorités fortes.

Ce système est à opposer au scrutin proportionnel qui vise à attribuer les sièges proportionnellement au nombre de voix recueillies par chaque liste de candidats.

Dans le scrutin majoritaire à un tour, la majorité relative des voix dans une circonscription assure l'élection. Au Royaume-Uni, par exemple, le député qui représente une circonscription est celui qui a obtenu plus de voix que tous ses concurrents, quel que soit son score. Un parti dont les candidats arrivent en tête dans sept circonscriptions sur dix obtiendra ainsi 70 % des sièges, alors qu'il peut n'avoir obtenu, en moyenne, que 40 % des voix, le reste se répartissant entre plusieurs listes. Ce système d'attribution des sièges favorise ce qu'on appelle le bipartisme : deux grands partis (ou deux grands blocs de partis) s'affrontent à chaque élection, les petits partis isolés n'ayant presque aucune chance d'obtenir des sièges.

Dans le scrutin majoritaire à deux tours, la majorité absolue des voix est requise pour être élu au premier tour. Si elle n'est pas atteinte au premier tour, un « scrutin de ballottage » a lieu et lors de ce second scrutin la majorité relative suffit pour emporter l'élection (exemple : France). Le scrutin majoritaire à deux tours favorise ce qu'on appelle la bipolarisation, qui s'opère généralement selon le clivage droite/gauche : des petits partis de droite et de gauche peuvent obtenir des sièges en passant des accords avec le parti dominant au sein du pôle de droite ou du pôle de gauche, en vue de faire élire un maximum de candidats de droite ou de gauche en soutenant, au second tour, les candidats les mieux placés au sein de chaque pôle.

Outre la distinction entre scrutin majoritaire à un tour ou à deux tours, on distingue aussi entre scrutin majoritaire uninominal et plurinominal. Dans le scrutin majoritaire uninominal, il n'y a qu'un siège à pourvoir par circonscription et le vainqueur est le candidat qui recueille le plus grand nombre de voix, qu'il s'agisse d'un scrutin à un ou à deux tours. Dans le scrutin majoritaire plurinominal, il y a plusieurs candidats à élire par circonscription et généralement chaque électeur reçoit un nombre de voix qui correspond au nombre de sièges à attribuer, sans être tenu de les utiliser toutes.

Les commentaires sont fermés.