Agglomération

Notice en cours de mise à jour

Organe supracommunal de droit public chargé de l'exercice de certaines compétences communales.

L'Agglomération est une institution supracommunale introduite dans la Constitution en 1970 (articles 108bis et 108ter de l'époque ; articles 165 et 166 aujourd'hui). En application de cette révision de la Constitution, la loi du 26 juillet 1971 fixait les règles générales de fonctionnement de ces nouvelles institutions. Cette loi énumérait cinq agglomérations à créer : Anvers, Charleroi, Gand, Liège et Bruxelles. Seule l'Agglomération de Bruxelles fut mise sur pied en 1971 : pour les dix-neuf communes constituant l'arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale, une série de compétences communales étaient transférées à l'Agglomération, et ce en matière d'aménagement du territoire, d'environnement, d'enlèvement et de traitement des immondices, de transport public, de lutte contre l'incendie, d'aide médicale urgente, d'expansion économique, etc.

L'Agglomération était dotée d'un Conseil d'Agglomération (assemblée délibérante adoptant des règlements) et d'un collège (exécutif). Les élections pour le Conseil de l'Agglomération de Bruxelles se déroulèrent le 21 novembre 1971. Le dispositif adopté prévoyait la répartition des conseillers en deux groupes linguistiques et la parité linguistique au sein du collège. La liste du Rassemblement bruxellois emporta la majorité des sièges. La présence sur cette liste à majorité francophone de candidats réputés flamands lui valut une représentation dans les deux groupes linguistiques et des échevins tant francophones que flamands.

La majorité politique au sein des organes de l'Agglomération avait alors une autre orientation que la majorité gouvernementale et que la majorité provinciale dans le Brabant. Il en résulta des blocages de décision.

Contrairement à ce que prévoyait la loi, il n'y a pas eu d'autre élection d'agglomération que celle du 21 novembre 1971.

L'Agglomération bruxelloise avait également été dotée de deux commissions de la culture, respectivement française et néerlandaise, composées de membres élus par le groupe linguistique correspondant au Conseil d'Agglomération. Séparément ou réunies, les commissions exerçaient des compétences de pouvoir organisateur en matière de culture et d'enseignement.

Les compétences et le mode de fonctionnement de l'Agglomération ont été réformés par la loi du 21 août 1987, qui enlevait notamment à l'Agglomération de Bruxelles les compétences qui avaient été régionalisées en 1980. La loi spéciale relative aux institutions bruxelloises du 12 janvier 1989 n'a pas supprimé formellement l'Agglomération de Bruxelles mais a confié l'exercice de ses compétences résiduelles – lutte contre l'incendie et aide médicale urgente, enlèvement et traitement des immondices, réglementation sur les taxis et coordination des activités communales – au Parlement et au gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale. Son personnel a été très majoritairement intégré dans l'administration régionale et dans les organismes d'intérêt public régionaux bruxellois. Les compétences des commissions de la culture ont été reprises par les commissions communautaires.

La réforme de l'État issue de l'accord institutionnel du 11 octobre 2011, a organisé l'attribution de certaines compétences en matière de sécurité aux autorités politiques régionales bruxelloises par le biais de l'Agglomération. À cette fin, ces compétences ont été attribuées à l'Agglomération de Bruxelles par la loi ordinaire du 6 janvier 2014. La loi spéciale du 6 janvier 2014 relative à la sixième réforme de l'État précise que certaines des compétences de l'Agglomération de Bruxelles en matière de sécurité sont exercées par le ministre-président ou par le gouvernement de la Région.

Les commentaires sont fermés.