entité fédérée


Composante d'un État fédéral, politiquement autonome dans ses domaines de compétence (en Belgique : les Régions et les Communautés).

Dans un État fédéral, les compétences étatiques sont réparties entre un niveau fédéral et des collectivités politiques autonomes que l'on appelle des entités fédérées (par exemple, les cantons en Suisse, les États aux États-Unis et les Länder en Allemagne). Cette répartition est toujours de mise pour les compétences législatives et exécutives : les entités fédérées sont dotées d'organes politiques propres, parlement et gouvernement. Dans certains pays (mais pas en Belgique), elle concerne également les compétences judiciaires. Les entités fédérées ne doivent pas être confondues avec les pouvoirs locaux ou collectivités territoriales ni avec les pouvoirs décentralisés (qui, eux, appliquent une législation nationale uniforme).

En Belgique, les principales entités fédérées sont les trois Régions et les trois Communautés. La Commission communautaire commune (COCOM) et la Commission communautaire française (COCOF), qui possèdent également un pouvoir législatif et un pouvoir exécutif, sont aussi d'authentiques entités fédérées.

Chaque entité fédérée se distingue par le territoire sur lequel elle exerce ses compétences. Seules les Régions se sont vu formellement attribuer un territoire (par l'article 5 de la Constitution pour les Régions wallonne et flamande, et par la loi spéciale du 12 janvier 1989 pour la Région de Bruxelles-Capitale). Toutefois, les Communautés sont aussi soumises à un principe de territorialité : les législations qu'elles adoptent ne s'appliquent que sur des espaces bien délimités.

Chaque entité fédérée a une personnalité juridique propre, dispose d'un patrimoine, possède des moyens financiers, est dotée d'un budget et peut avoir recours à l'emprunt. Certaines exercent également un pouvoir fiscal.

Les entités fédérées sont strictement autonomes, chacune dans ses domaines de compétence et sur son territoire, aussi bien entre elles qu'à l'égard de l'Autorité fédérale (seule la Région de Bruxelles-Capitale est soumise à la tutelle du pouvoir fédéral dans quelques matières bien précises). Cependant, certaines entités fédérées ont choisi, en application des articles 137 à 139 de la Constitution, de voir leurs attributions exercées en tout ou en partie par d'autres entités. Ainsi, la Région flamande s'est dessaisie de l'ensemble de ses compétences au profit de la Communauté flamande, la Communauté française a abandonné une partie de ses attributions à la Région wallonne en région de langue française et à la COCOF en région bilingue de Bruxelles-Capitale, et la Région wallonne a transféré certaines de ses compétences régionales à la Communauté germanophone en région de langue allemande.

En matière d'autonomie des entités fédérées, le modèle belge va plus loin, sur certains points, que la plupart des autres systèmes fédéraux. Ainsi, toutes les Régions et Communautés possèdent de très larges compétences auxiliaires, y compris des compétences internationales (négociation et signature de traités internationaux ; participation à la définition de la position belge dans des négociations internationales). De même, elles bénéficient de l'autonomie constitutive, c'est-à-dire du droit de modifier certains aspects de leur organisation. Surtout, la hiérarchie des normes en vigueur en Belgique érige en règle absolue le principe d'équipollence des normes, c'est-à-dire le fait que les législations des entités fédérées (décrets et ordonnances) ont la même force juridique que les lois fédérales.

À d'autres égards en revanche, le système belge va moins loin. Notamment, l'Autorité fédérale conserve le monopole de l'organisation de la justice et de la police. De même, les entités fédérées ne peuvent participer directement aux prises de décision du niveau fédéral, y compris en ce qui concerne la révision de la Constitution ou le processus de fédéralisation du pays. Elles y participent toutefois indirectement par le biais des 50 sénateurs de Région et de Communauté et, en pratique, par les accords conclus entre les partis politiques francophones et néerlandophones.

 

Les commentaires sont fermés.